Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Diviser les victimes

Diviser les victimes

Lettre ouverte pour une communication antinucléaire cohérente et responsable

mardi 14 janvier 2014, par Roger NYMO

Le lobby nucléaire est aussi fort lorsqu’il s’agit de jeter la confusion dans les esprits que lorsqu’il s’agit de disperser des quantités gigantesques de mortifères radionucléides dans l’environnement.

Il dispose pour cela des moyens financiers qui lui permettent de s’offrir la complicité de la grande majorité des politiques et de la totalité des médias de masse.

Je me souviens de la sortie du livre du photojournaliste Antonio Pagnotta en mars 2013 : « Le dernier homme de Fukushima ».

J’avais eu à cette période un échange épistolaire avec monsieur Pierre Fetet au cour duquel je lui faisais part de ma grande inquiétude de le voir complaisamment promouvoir ce livre.


JPEG - 168.5 ko
Le culte morbide de l’amour du risque et ses irresponsables adeptes.

Je considérai cet ouvrage comme nuisible à une véritable sensibilisation du public français aux extrêmes dangers sanitaires et sociaux que représente l’ensemble de la filière nucléaire.

Je pensai naïvement qu’il valait mieux dépenser de l’argent à aider les populations contraintes de survivre sur des territoires durablement contaminés, plutôt que de faire la promotion d’une personne y restant par choix et s’affichant ostensiblement sans aucune mesure de protection.

Des associations militent pour une évacuation totale et définitive de toutes les zones hautement et durablement contaminées par les retombées radioactives de ce qui reste des installations nucléaires de la centrale de Fukushima-Daïchi.

Malheureusement ces associations ne bénéficient pas de la même promotion médiatique, en France et au Japon, que cet agriculteur de 51 ans, monsieur Naoto Matsumura, qui reste volontairement dans sa ville de Tomioka, au sein de la zone interdite, sans être, il me semble, inquiété par la justice de son pays.

Que les médias de masse fassent écho à cette funeste histoire est déplorable, mais que des individus qui se réclament de la lutte antinucléaire leur emboîtent volontairement le pas est dommageable à toutes les victimes qui souffrent dans l’indifférence médiatique organisée, dans la criminelle omerta institutionnelle, dans leurs corps et dans leurs biens.

J’ai relayé des témoignages d’hommes et de femmes responsables et je continuerai à le faire, parce que ces personnes avertissent, enseignent, alertent.

Lorsqu’il faudra tôt ou tard hospitaliser monsieur Naoto Matsumura, les médias de masse retransmettront-ils son agonie en unité de soins palliatifs ?

Permettez moi d’en douter !

Parce qu’une militante associative antinucléaire française a été mise nommément et publiquement en cause, et à travers elle l’association à laquelle elle appartient, je me permets de répondre à la lettre ouverte de monsieur Naoto Matsumura, et à travers lui à tous les organisateurs putatifs de sa prochaine « tournée » française :


La lettre envoyée de Tomioka à Madame Yûki Takahata de Yosonomo-net France (http://ganbarufukushima.blog.fc2.co...)

par Naoto Matsumura, le dernier homme de Fukushima (*1)

En mars de cette année, je dois me rendre en France pour participer à différents événements lors du troisième anniversaire de la catastrophe de Fukushima, mais une polémique fait rage en ce moment à propos de mon voyage en France !

J’ai reçu un mail de l’organisateur (*2) pour les événements de France, Allemagne et Suisse. Le contenu du mail m’a choqué.

Le courrier était à propos d’une personne appelée Yûki Takahata ; c’est une traductrice qui vit en France. Elle semble être la responsable d’une certaine organisation anti-nucléaire (Yosonomo-net France). Elle a envoyé des lettres aux associations françaises anti-nucléaires pour attaquer mon voyage en France et notre projet anti-nucléaire. Elle déclare que je reste à Tomioka parce que je veux la décontamination de Tomioka et que je suis une publicité pour le gouvernement qui veut le retour des réfugiés dans la ville de Tomioka et dans Fukushima. Elle dit aussi que je ne suis pas un anti-nucléaire.

Bien évidemment, les propos de Madame Takahata sont complètement faux. La catastrophe de la centrale nucléaire Daii Ichi de Fukushima m’a volé ma ville natale. Je suis en colère depuis l’accident et je suis resté dans ma ville Tomioka au cœur de la zone interdite et radioactive au détriment de ma santé. Tepco et le gouvernement ont ignoré le sort des animaux abandonnés et livrés à eux-mêmes, mais j’ai pris soin d’eux en les nourrissant.

Comment pourrais-je être une publicité gouvernementale pour pousser les évacués à revenir ? C’est absurde !

J’ai vu sa photo et je suis persuadé que je ne l’ai jamais rencontrée. Selon l’organisateur, Madame Takahata a rassemblé des informations sur moi principalement en consultant internet. Je ne dis pas que toutes les informations sont fausses sur internet, mais j’en ai trouvé beaucoup d’incorrectes. Elle pourrait ne pas avoir vu les articles qui parlent de moi ainsi que mes interviews mais pourtant elle croit toute l’information sur internet.

L’organisateur lui a demandé plusieurs fois de me contacter directement et de me poser les questions directement, et il lui a donné mes contacts, mais je n’ai jamais rien reçu de la part de madame Takahata.

Elle affirme qu’elle travaille avec Masami Yoshizawa de « La Ferme de l’Espoir » qui se trouve être mon ami.

Alors l’autre soir, je l’ai appelé et je lui ai demandé s’il connaissait Madame Yûki Takahata. Et Masami Yoshizawa m’a dit qu’il ne connaissait pas ce nom et qu’il ne connait pas cette personne. Par conséquent, je doute qu’elle ait jamais travaillé avec Masami Yoshizawa. Si c’était vrai, il devrait se souvenir de Madame Yûki Takahata.

Qu’est-ce qu’elle veut réellement de moi ? En vérité, je n’en sais rien parce qu’elle est une inconnue pour moi. En tous cas, je ne devrais pas être à l’écoute d’une inconnue qui affirme que je ne suis pas un invité assez prestigieux pour une rencontre et un événement anti-nucléaire en France. Je ne vais pas lui obéir et je vais aller en France et raconter ce qui est arrivé le 11 mars 2011 à Fukushima.

De plus, je voudrais que Madame Yûki Takahata vienne me voir. Je voudrais lui dire : « s’il vous plait écoutez le récit de ma tragédie et donnez-moi à présent et directement votre opinion. »

(*1) Le dernier homme de Fukushima est le titre du livre écrit par Antonio Pagnotta et publié aux éditions Don Quichotte Paris [NDT]

(*2) Les organisateurs sont Catherine Connan, Pierre Fetet, Jérôme Grulois, Cindy Gentner, Lionel Lebaut ainsi qu’Antonio Pagnotta. Différentes associations invitent Naoto Matsumura en France et le projet est financé par le crowd funding. http://www.ledernierhommedefukushim... https://www.facebook.com/pages/Le-d...


Lettre ouverte à tous les organisateurs du voyage et du séjour de monsieur Naoto Matsumura à Fessenheim,

par Roger Nymo du Réseau Zéro Nucléaire (RZN) et des Jeûneurs Vigilants de Taverny (JVT).

Nucléaire partout, santé nulle part !

Je pense qu’il faut comprendre qu’il est irresponsable de donner au monde l’impression qu’il est possible de vivre sur des territoires durablement contaminés par des radionucléides en semblant ne pas en subir les mortifères conséquences.

Monsieur Naoto Matsumura a-t’il été mesuré sur un siège d’anthropogammamétrie ?

Quels sont les résultats de ces éventuelles mesures ?

Quels sont les effets sur sa santé de son séjour de presque trois années sans protection particulière dans la zone interdite de Fukushima ?

Que pense t’il du sort des centaines de milliers d’enfants japonais contraints de « grandir » et d’effectuer leurs scolarités dans des environnements fortement contaminés, avec un dosimètre autour du cou ?

Pense t’il que son action favorisera une évacuation obligatoire des populations actuellement cobayes du criminel lobby nucléaire ?

Sans réponses précises à ces importantes questions, un séjour en France de celui qui nous est présenté comme : « Le dernier homme de Fukushima » relève plus de l’attraction circassienne que d’un bénévole et efficace militantisme antinucléaire pour l’information réelle sur une efficace radioprotection de tous les êtres vivants.

J’espère que madame Yûki Takahata, que vous mettez nommément et publiquement en cause, ainsi que l’association Yosomono-net à laquelle elle appartient, sauront comme moi, exprimer clairement et publiquement leurs points de vue documentés.

Au Réseau Zéro Nucléaire (RZN) ainsi qu’aux Jeûneurs Vigilants de Taverny (JVT), nous préférons communiquer de manière responsable et cohérente sur les indispensables mesures de radioprotection à prendre dans de telles circonstances catastrophiques nucléaires grâce aux vitaux conseils contenus dans l’ouvrage de monsieur Vladimir Babenko. (http://www.sanurezo.org/spip.php?ar...)

Pour tous les pro-nucléaires un survivant de l’enfer de Fukushima qui reste souriant après un séjour de trois années est malheureusement du pain béni quoi qu’il puisse dire ou faire.

Les médias de masse français vont faire leurs choux gras de l’histoire du « Dernier homme de Fukushima » pour pouvoir « debunker » à bon compte tout le travail vital d’associations sérieuses comme les « Enfants de Tchernobyl Belarus » qui agissent concrètement et avec peu de moyens pour l’amélioration effective des conditions sanitaires et sociales des populations contraintes de survivre sur des territoires durablement contaminés. (http://www.sanurezo.org/spip.php?ar...)

Je sais monsieur Naoto Matsumura parfaitement capable de comprendre pourquoi sa visite peut être totalement contre productive par rapport à ses propres espérances. Il peut, malgré lui, être politiquement instrumentalisé par ceux qui dirigent le pays le plus nucléarisé du monde par tête d’habitant, ceux qui continuent d’expédier vers son pays du combustible MOX alors qu’une majorité de japonais exige un arrêt définitif et inconditionnel de toutes les installations nucléaires. (http://www.sanurezo.org/spip.php?ar...)

Il faut nous mobiliser pour obtenir l’indépendance de l’OMS, condition indispensable pour la prise en charge effective des graves conséquences sanitaires et sociales de toutes les installations nucléaires et l’obtention d’un moratoire définitif planétaire sur toutes les activités nucléaires.

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

Roger NYMO - Réseau Zéro Nucléaire (RZN) & Jeûneurs Vigilants de Taverny (JVT)

P.S. : Une personne au fait de la situation actuelle des territoires durablement contaminés par la catastrophe nucléaire de Tchernobyl ne peut pas écrire et diffuser un tel commentaire en parlant de décontamination d’une région entière : « ... Nous devons nous assurer que cet endroit, dans dix à quinze ans, sera à l’abri des radiations, sinon il est certain que ma ville natale disparaîtra à jamais ... » (http://www.ledernierhommedefukushim...)


J’avais envoyé la lettre de monsieur Naoto Matsumura ainsi que ma réponse ci-dessus sur une liste de diffusion le jeudi 9 janvier 2014 à 17h30.

Voici les points importants que le professeur Michel Fernex a voulu préciser par rapport à cet important débat :

Samedi 11 janvier 2014 - 06h44

Chers lecteurs,

Vivre dans une communauté radio-contaminée est imposé à des dizaines de milliers de familles depuis Tchernobyl et Fukushima. Dans de telles communautés en Ukraine, les autorités comptent 80 à 90% d’enfants malades.

Le risque sanitaire dans une population varie de un à mille selon l’âge du sujet. 1000 fois plus sensibles sont les embryons (surtout féminins), puis les fœtus à certains stades de leur développement, les nouveau-nés et les nourrissons, puis petits enfants à certains stades de leur développement, puis à la puberté.

Une société d’adultes serait concevable si les femmes enceintes sont exclues, comme les petits enfants.

Ceux qui sont contraints de rester sont par exemple les agriculteurs et les riziculteurs à Fukushima car leurs produits sont invendables et le Japon n’offre aucune terre aux évacués. Pour eux, il faut inventer des règles de conduite qui comporte la protection contre la contamination radioactive interne chronique, beaucoup plus pathogène et cancérigène que l’irradiation externe. Les produits laitiers pour les enfants devraient être 100% propres, donc importés du sud du Japon etc-etc.

Parler de la vie des riziculteurs de Fukushima , ou alors d’une expérience individuelle, nécessite de connaître très précisément et en détail le contenu de « etc etc... » sinon, ce serait inutile, voire nuisible. Il y a déjà dans nos pays des structures comme le CIPR, l’AIEA, voire l’OMS qui propagent des contre-vérités dans ce domaine. N’en ajoutons pas.

Bon courage.

Michel Fernex

Merci monsieur Michel Fernex.


Aujourd’hui 21 février 2014, je découvre le post de monsieur Antonio Pagnotta publiée le 19 février 2014 sur Internet à cette adresse : http://leplus.nouvelobs.com/contrib...

Le créateur du « dernier homme de Fukushima », récidive avec la création de la dangereuse et contestable notion « d’irradiation volontaire », en intitulant son publireportage de promotion de la prochaine tournée française de monsieur Naoto Matsumura :

Doit-on avoir peur de Naoto Matsumura ? Le voyage de l'irradié volontaire de Fukushima en France

Voici ma réponse signée à ce photojournaliste qui semble penser que les bonnes victimes sont uniquement celles qu’il médiatise :

Bonjour Monsieur Antonio Pagnotta,

Après avoir lu attentivement votre intervention promotionnelle de la prochaine tournée de Naoto Matsumura en France, je n’y ai rien lu au sujet de l’influence mortifère, scientifiquement démontrée depuis maintenant plus de 42 années par Abraham PETKAU à l’Institut de Recherche Nucléaire de WHITSHELL de l’ Énergie Atomique du CANADA (AECL), des faibles doses de radiations ionisantes.

Même impasse au sujet de l’article 2 de l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (International Atomic Energy Agency) qui stipule criminellement :

L’Agence s’efforce de hâter et d’accroître la contribution de l’énergie atomique à la paix, la santé et la prospérité dans le monde entier.

En ce qui concerne la triste qualité juridique de « biens mobiliers » abominablement associée aux animaux non humains, la seule mesure réellement humaniste que chacun peut prendre est de ne plus manger de viande, ce que je fais depuis de nombreuses années .

Ce respect de toute vie offre un deuxième indéniable avantage écologique, celui de consommer un seul kilogramme de protéines végétales, lorsqu’il en faut sept pour fournir aux « carnivoristes » un kilogramme de protéines animales.

Voici la position spéciste de l’actuelle majorité PS-EELV vis à vis des animaux.

Lorsque vous me citez, vous le faites de manière tronquée et en prétendant mensongèrement qu’il s’agit d’un avis anonyme, déontologie de paparazzi ? :

Pour tous les pro-nucléaires un survivant de l’enfer de Fukushima qui reste souriant après un séjour de trois années est malheureusement du pain béni (QUOI QU’IL PUISSE DIRE OU FAIRE)

Travailler moins pour vivre mieux en consommant moins, est la seule voie pour que le monde redevienne vivable pour tous.

Comme le disait si bien M.K. Gandhi :

Vivre simplement pour que d’autres puissent simplement vivre.

Rester à vivre sur des territoires durablement et fortement contaminés par des radionucléides sans prendre de précaution est suicidaire.

Le suicide est un acte violent.

La société dont est issu le Dalaï Lama, qui est souriant comme monsieur Naoto Matsumura, est une société hiérarchisée, traditionnelle et archaïque, l’extrême violence des immolations des moines adeptes du Bouddhisme Tibétains est la face sombre de ce sourire.

Je pense que l’empire japonais souffre intrinsèquement de la même terrible et archaïque violence endogène, déifier l’homme n’engendre rien de bon.

Laisser une personne mettre volontairement sa vie en danger sans intervenir est puni par la loi de mon pays, cela s’intitule en droit :

Non assistance à personne en danger.

Avertir la population des inacceptables risques que représentent toutes les installations nucléaires, mêmes en fonctionnement dit normal n’a rien de radical, cela reste une attitude courageuse et cohérente dans le pays le plus nucléarisé par tête d’habitant, et disposant malheureusement d’un dangereux et dispendieux arsenal nucléaire.

Principe de précaution ?

Je ne vois pas à quelle censure vous faites allusion lorsque vous écrivez :

Les arguments contre la venue de Naoto Matsumura visent la destruction d’une résistance différente et affirment une pensée unique niant la complexité de l’être humain. La technocratie a contaminé certains militants anti-nucléaires et lorsqu’ils pratiquent la censure, ils abandonnent la démocratie. La négation du témoignage est le déni de la liberté d’expression.

Des arguments antinomiques avec la liberté d’expression !?

Au niveau des témoignages, je préfère diffuser des initiatives constructives, porteuses d’espoirs et d’enseignements, comme les interventions de mon ami Nelson Surjon de « Evacuate Fukushima », les mesures citoyennes de contamination de l’alimentation effectuées à ses propres frais par mon ami Laurent Mabesoone à Nagano.

Au niveau des victimes connaissez-vous la triste histoire de madame Aline Pauchard , native de la ville de Bollène, tristement proche du site nucléaire du Tricastin et présidente du Réseau Zéro Nucléaire (RZN) ?

Christian Verronneau , cela vous évoque t-il quelque chose ?

Je ne pense pas, comme vous, qu’une catastrophe nucléaire soit inéluctable en France, si nous arrivons à briser l’omerta médiatique sur le vital problème sanitaire et social que représentent toutes les activités nucléaires.

Je ne vends aucun livre, mais dans les commentaires de mon article que vous évoquez de manière cavalière et tronquée, je pose plusieurs questions auxquelles vous n’apportez aucune réponse, dont celle-ci :

La conférence de presse de monsieur Naoto Matsumura au Parlement Européen à Strasbourg, le 11 mars 2014 prochain, lui permettra t-elle d’évoquer la scandaleuse création de « Nuclear Transparency Watch » qui prépare l’Europe à l’impossible gestion d’une catastrophe nucléaire, plutôt que d’exiger les vitales fermetures immédiates, définitives et inconditionnelles de toutes les installations nucléaires ?


JPEG - 371.8 ko
Plans de préparation et de réaction d’urgence en cas d’accident nucléaire.

Lorsque vous écrivez « irradié volontaire », cela me semble aussi dangereux qu’impropre.

Le danger sanitaire est avant tout un risque de contamination, je doute que monsieur Naoto Matsumura ait eu l’opportunité de faire un choix concernant la contamination de sa terre natale, et, par voie de conséquence, qu’il ait décidé volontairement la sienne.

C’est contre ce type de communication radicalement incohérente et approximative que nous saurons restés vigilants.

Je ne suis pas un anonyme antinucléaire, je suis un écologiste non violent qui jeûne tous les ans à Taverny, depuis plus d’une décennie, du 6 au 9 août, contre toutes les armes nucléaires terroristes.

Force est de constater que le lobby nucléaire et ceux qui instrumentalisent son opposition, préfèrent l’homme qui survit volontairement dans la radioactivité à l’homme qui a la volonté et le courage de fuir sa terre natale.

A court terme, ce criminel choix médiatique favorise les commerçants et les manœuvres électoralistes.


Un autre son de sirène d’alarme antinucléaire très bien documenté :

... revenons un instant sur Antonio Pagnotta, auteur de « Le dernier homme de Fukushima », ouvrage que nous n’avons décidément aucune envie de nous procurer au vu de ses déclarations et vidéos, et metteur en scène de cette « tournée ».

Le moins qu’on puisse en dire est qu’il est peu regardant sur ses fréquentations quand il s’agit de faire sa promotion. Pourquoi a-t-il jugé utile de participer à un séminaire en septembre 2012 organisé à Sciences-Po Paris, par l’IDDRI (Institut du Développement Durable et des Relations Internationales) dont la présidente n’est autre que Laurence Tubiana, facilitatrice du débat sur la transition énergétique et qui ne laisse aucun doute quant à ses convictions sur la question nucléaire : « Le nucléaire est encore avec nous pour longtemps, quelles que soient les décisions qui seront prises après 2017 » ? Cette même Laurence Tubiana explique également que : « … la sûreté et la sécurité dans centrales... relèvent de la responsabilité… d’un débat citoyen. Le risque pris doit être pleinement accepté par la société... » ...

(Source : http://coordination-stopnucleaire.o...)


C’est malheureusement fait !

Le gouvernement japonais adopte officiellement la même « courageuse philosophie » que les scénographes et les promoteurs de la prochaine tournée « antinucléaire » de monsieur Naoto Matsumura en France.

Dès son retour « Le dernier homme de Fukushima » se sentira moins seul pour réaliser son rêve, d’autres sujets de l’empire japonais pourront légalement et volontairement retourner vivre sur leurs territoires durablement contaminés, et ainsi participer activement à l’effort citoyen d’une réelle contamination volontaire des individus pour une illusoire décontamination du Japon.

:’-(


La véritable opposition c’est le parti de la vie.

Roger NYMO du Réseau Zéro Nucléaire (RZN) et des Jeûneurs Vigilants de Taverny (JVT)

4 Messages de forum

  • Diviser les victimes Le 17 janvier 2014 à 00:26 , par Pierre Fetet

    Bonjour A propos de Yuki Takahata, je tiens à préciser qu’elle a regretté de ne pas avoir contacté Naoto Matsumura avant de combattre le projet de sa venue en France, qu’elle lui a présenté ses excuses et qu’elle lui a souhaité la bienvenue. Suite à cela, Naoto Matsumura a supprimé le billet qu’il avait publié sur son blog. Ce serait bien que vous fassiez de même, puisque cette histoire est réglée. Quant aux questions que vous vous posez, je vous propose de consulter la FAQ sur le site dédié à son voyage en Europe. Cordialement Pierre Fetet

    Répondre à ce message

    • Diviser les victimes Le 18 février 2014 à 16:05 , par Roger NYMO

      Bonjour monsieur Pierre Fetet,

      Je tiens à préciser que madame Yuki Takahata n’a répondu à aucun des différents messages que je lui ai laissé sur le réseau « facebook », le dernier en date l’informait de la publication de cet article le 14 janvier 2014.

      Les excuses de madame Yuki Takahata vis à vis de monsieur Naoto Matsumura, que votre message évoque, n’oblitèrent en rien les autres très importants points soulevés par mon article :

      Je me souviens de la sortie du livre du photojournaliste Antonio Pagnotta en mars 2013 : « Le dernier homme de Fukushima ».

      J’avais eu à cette période un échange épistolaire avec monsieur Pierre Fetet au cour duquel je lui faisais part de ma grande inquiétude de le voir complaisamment promouvoir ce livre.

      Je considérai cet ouvrage comme nuisible à une véritable sensibilisation du public français aux extrêmes dangers sanitaires et sociaux que représente l’ensemble de la filière nucléaire ...

      ... Pour tous les pro-nucléaires un survivant de l’enfer de Fukushima qui reste souriant après un séjour de trois années est malheureusement du pain béni quoi qu’il puisse dire ou faire.

      Je vous propose donc de relire attentivement l’article que vous aimeriez que je censure par effacement, pour enfin saisir que « cette histoire » n’est pas plus réglée que ne peuvent l’être les suites mortifères d’une catastrophe nucléaire.

      La conférence de presse de monsieur Naoto Matsumura au Parlement Européen à Strasbourg, le 11 mars 2014 prochain, lui permettra t-elle d’évoquer la scandaleuse création de « Nuclear Transparency Watch » qui prépare l’Europe à l’impossible gestion d’une catastrophe nucléaire, plutôt que d’exiger les vitales fermetures immédiates, définitives et inconditionnelles de toutes les installations nucléaires ?

      Cordialement.

      Pierre (...)

      Répondre à ce message

  • Diviser les victimes Le 19 février 2014 à 00:07 , par Les oubliés du nucléaire.

    Bonjour, j’ai lu tout l’article de A à Z. Je n’ai rien contre la venue en France du dernier homme de Fukushima. Déjà c’est pas le dernier. Mais ce qui me choque le plus, c’est cette impression que vous êtes entrain d’en faire une icone. Tout les irradiés, ne sont pas tous issus de catastrophes nucléaires. Vous en avez dans le monde entier, et aussi un grand nombre en France. Mais bien sur tout ça vous échappe. J’ai vécu sur des hotspot pendant des mois, avec tant d’autres et nous n’arrivons même pas à être entendus, enfin ceux qui restent. J’abonde tout de même dans le sens de Roger. C’est une visite à haut risque pour cet homme. Nos pro-nucléaires, ne vont pas lui faire de cadeaux, car comme vous le savez nous n’avons que notre profonde conviction, et eux le pouvoir.. Voila je n’ai rien à rajouter. Bien à vous toutes et tous. Jean-Paul.

    Répondre à ce message

    • Diviser les victimes Le 23 février 2014 à 12:53 , par Roger NYMO

      Merci pour ton intervention Jean-Paul.

      De son côté monsieur Pierre Fetet m’a démocratiquement et cordialement placé en « utilisateur bloqué » sur le réseau social facebook !

      Un argument de poids contre mon sectarisme antinucléaire ?

      Répondre à ce message

Répondre à cet article