Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Polémiques antinucléaires ! > La science asservie

La science asservie

Les collusions mortifères entre industriels et chercheurs

mercredi 5 novembre 2014, par Roger NYMO

Annie Thébaud-Mony est sociologue, directrice de recherches honoraire à l’Inserm, chercheure associée au Groupement d’intérêt scientifique sur les cancers d’origine professionnelle (GISCOP 93) à l’université Paris-XIII.

Elle est aussi partie prenante de réseaux citoyens de lutte pour la santé contre les risques industriels. Elle est l’auteure de "Travailler peut nuire gravement à votre santé." (La Découverte/Poche, 2008).

Elle nous convie à la sortie de son nouveau livre :

« La science asservie. »

Sous-titré :

« Santé publique : les collusions mortifères entre industriels et chercheurs. »


JPEG - 1.3 Mo
Cliquez sur l’image de l’invitation pour accéder à son fichier PDF imprimable

À l’occasion de la parution du livre d’Annie Thébaud-Mony :

« La science asservie. Santé publique : les collusions mortifères entre industriels et chercheurs » aux Éditions la Découverte.

La CGT de l’Université Pierre et Marie Curie (FERC-SUP et SNTRS), l’Association Henri Pézerat et Les Éditions la Découverte vous invitent à un débat le mercredi 12 novembre de 17h00 à 19h00 à l’université Pierre et Marie Curie, Amphithéâtre 24, 4 place Jussieu, 75005 Paris.

En présence de :

Annie Thébaud-Mony, Directrice de recherche honoraire INSERM et présidente de l’Association Henri Pézerat.

François Gèze, Éditions La Découverte.

Stéphane Rohrbach, syndicaliste CGT Jussieu.

Josette Roudaire, ancienne ouvrière AMISOL, engagée dans la lutte contre l’amiante depuis 1975 et militante de l’Association Henri Pézerat.

Jean-Paul Teissonnière, avocat des victimes de risques industriels.

Cette science mercenaire est une des plus grandes perversions des temps modernes.

Dans les discours politiques, la science est aujourd’hui de plus en plus convoquée pour énoncer des vérités incontestables.

Pourtant, suite à de nombreux scandales sanitaires, un climat de suspicion s’est installé, creusant un fossé entre les chercheurs et les citoyens.

Chacun est alors confronté à ces questions essentielles s’agissant de la santé :

Qui croire ?

Que nous cache-t-on ?

À qui profite la science ?

Ces questions sont au cœur de ce livre, qui analyse comment de nombreux chercheurs ont participé à un processus de confiscation de la science au service des intérêts privés de grands groupes industriels, souvent avec la complicité active de l’État.

Ils ont ainsi contribué à instaurer l’hégémonie d’une « stratégie du doute » quant aux risques industriels (amiante, plomb, nucléaire, pesticides…) et à leurs conséquences.

S’appuyant sur sa propre expérience professionnelle et sur celle d’Henri Pézerat, toxicologue connu pour son engagement scientifique et citoyen contre l’amiante, Annie Thébaud-Mony dénonce ici avec force le cynisme et l’impunité de ceux qui, délibérément, ont choisi la mort des autres pour leur plus grand profit.

Ses révélations dressent un réquisitoire implacable, qui invite à résister à l’imposture scientifique et à mettre en synergie, en matière de santé publique, savoirs scientifiques et savoirs citoyens.

(Source : La science asservie )

J’espère que la santé de la présidente du Réseau Zéro Nucléaire, madame Aline Pauchard, lui permettra de répondre présente à l’opportunité de cette invitation.

Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

Documents joints

Répondre à cet article