Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > FNCF

FNCF

Chemins privés d’enfers nucléaires publics

mardi 20 février 2018, par Roger NYMO

« … Une fois le besoin d’image du Premier Ministre assouvi , c’est au tour du Président de la SNCF de rejoindre ses ouailles. Ne négligeons jamais la communication interne et ses messes intimes… »

(Source, article du 25 octobre 2013 : http://sanurezo.org/spip.php?article168)


JPEG - 761.4 ko
Monsieur Guillaume Pepy par Roger Nymo le 25 octobre 2013

Depuis plus de deux décennies, il représente, au sein de l’établissement public à caractère industriel et commercial (EPIC), qu’est la SNCF, la volonté Étasunienne, de la fédération unioniste européenne, de privatisation préméditée de tous les transports publics ; en 1997, il devient naturellement administrateur de l’opérateur privé franco-québécois de transport Keolis.

En 2007, l’empire de l’union européenne décide d’orienter les choix ferroviaires de ses membres vers l’impasse nucléaire des liaisons interétatiques à grande vitesse, dispendieuses en énergie électrique et défigurant les territoires, ces liaisons faciliteront la mobilité du personnel encadrant supérieur, ainsi que le tourisme consumériste et déstabiliseront durablement les marchés immobiliers autochtones desservis : Railteam est né.

Le 27 février 2008, le sixième président de la l’inique cinquième République nomme Monsieur Guillaume Pepy président de l’entreprise publique SNCF pour cinq ans, il sera reconduit dans cette fonction par le septième président de l’inique cinquième République française, le 25 février 2013.

Pendant plus d’une décennie, Monsieur Guillaume Pepy se comporte comme le seul boulon indéboulonnable et indestructible de la SNCF.

JPEG - 914.8 ko
Tout va très bien.

Malheureusement, le manque d’entretien, voire le délabrement d’une partie du réseau ferroviaire, que la nuisible politique du tout TGV menée par les trois entités du groupe SNCF induisent, auront de dramatiques et mortelles conséquences sur la ligne C du RER, le 12 juillet 2013, en gare de Brétigny-sur-Orge :

… Le 23 février 2016, de nouveaux éléments du dossier sont révélés par Mediapart. Des écoutes judiciaires montreraient comment la direction de la SNCF a, pendant plusieurs mois après l’accident, refusé de réduire la vitesse sur des tronçons dangereux, ceci afin de cacher sa connaissance du mauvais état des voies en question…

(Source : https://fr.wikipedia.org/wiki/Accid...)

7 morts et 70 blessés, dont 9 graves.

Démission ?

Il faudra attendrele 14 novembre 2015 et le repêchage de la motrice TGV 29787, de la rame Dasye 744 d’essais de la LVG est européenne, tombée dans le canal de la Marne au Rhin, à cause d’une courbe prise à trop grande vitesse (l’huile du transformateur de la motrice de tête a pris feu), pour comprendre que le bilan humain de ces funestes choix politiques est très lourd :

Sur les cinquante-trois passagers, onze morts et quarante-deux blessés, dont quatre dans un état grave.

Heureusement les quatre mineurs à bord de cette rame d’essai n’ont été que légèrement blessés ; les cheminots souffrent dans leurs chairs et leurs esprits, à chaud, leur président assure médiatiquement et prioritairement ses arrières :

… Des enfants étaient présents à bord de la rame d’essai qui a déraillé près de Strasbourg qui a fait 10 morts et de nombreux blessés. « Ce n’est pas une pratique que la SNCF reconnaît », a déclaré Guillaume Pepy…

(Source : http://www.lefigaro.fr/societes/201...)

la SNCF s’auto-assure en cas d’accident, c’est donc l’ensemble de l’entreprise qui paie, mais la fraternité cheminote en prend un sacré coup dans la gueule suite à cette déclaration peu solidaire de son président.

Démission ?

Depuis le moral ferroviaire est en berne :

… L’année 2017 a été particulièrement tragique pour les cheminots puisque plus d’une cinquantaine de suicides ont été constatés dans la profession sur les douze derniers mois. Un chiffre alarmant qui met en lumière le mal-être palpable des agents au sein de la SNCF…

(Source : https://www.sudradio.fr/faits-diver...)

Le boulon inoxydable du Front Nucléaire des Chemins de fer Français (FNCF) va-t-il prochainement se transformer en soupape de sûreté nucléaire de la république en marche à très grande vitesse ?

Les nuisibles conséquences des choix européens en matière de transport doivent-ils cyniquement être attribués à un manque d’efforts de cheminots par ailleurs compétents ?

Quel avenir pour une famille dont les nouveaux enfants auraient officiellement le statut de bâtards ?

La dernière interview de Monsieur Guillaume Pepy réveillera-t-elle l’authentique esprit cheminot, le sortira-t-il de l’impasse mortelle des chemins nucléaires à grande vitesse, pour rendre enfin aux trains leurs vocations de transports écologiques, économiques et populaires ?

Pourquoi les entreprises seraient-elles exemptes de mandats contractuels directs et limités dans le temps, délégués par les suffrages directs du personnel à des gestionnaires choisis en son sein ?

Seules des mobilisations sociales interprofessionnelles reconductibles pourront, début 2018, transformer l’actuelle déprimante et nuisible propagande patronale d’un chant du cygne social par disparition de la hiérarchie des normes, en un retour printanier du chant du rail solidaire.

Nous invitons les cheminot-e-s à nous rejoindre au café tabac « Le Dejazet », 41 boulevard du Temple, à Paris, pour notre émission RADAR n°40, en direct, de 20h30 à 21h30, jeudi 22 février 2018.

Cette émission sera intitulée :

« Attention un train républicain en marche peut cacher une révolution citoyenne. »


JPEG - 427.8 ko
Cliquez sur l’affiche pour rejoindre notre page RADAR.

...Deux Frances peuvent dorénavant cohabiter sans aucune interaction.

Une France à grande vitesse, constituée de maîtres et d’esclaves du salariat, et une France à la traîne, abonnée à la précarité, et constituée en partie de salarié(e)s pauvres et de personnes exclues, avec ou sans allocation...

(Source : http://www.sanurezo.org/spip.php?ar...)

Amitiés fraternelles, Solidaires & AntiNUcléaires.

Pierre Roullier, alias Roger Nymo

P.S. : signez la pétition « NON à la privatisation de la SNCF ».

Voir en ligne : Radio Anarchiste Directe A République

Répondre à cet article