Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Polémiques antinucléaires ! > Fronts Impopulaires

Fronts Impopulaires

Calendrier des états-majors de l’arrière train insoumis

mardi 20 mars 2018, par Le CA du Réseau Zéro Nucléaire, Roger NYMO

« ...on voudrait, comme en mars 2016, imposer un calendrier des luttes et des mots d’ordre totalement contre productifs pour les exploités et les exclus, les états-majors politiques et syndicaux ne s’y prendraient pas autrement. Cet enterrement des services publics par tous les larbins des futurs candidats aux prochaines échéances électorales de l’union européenne, en 2019, se déroule comme prévu... »

Pierre Saggaz patron du BENEF


JPEG - 324 ko
Tout va très bien !

Nous sommes en plein dans ce que dénonçait Albert Jacquard, une société qui sélectionne les individus les plus dangereux et ceux avec le moins d’imagination, pour diriger celles et ceux qui ont été formaté-e-s pour ne jamais envisager une vitale démarche horizontale et autogestionnaire, en élisant dès leur plus jeune âge des chefs de classe, des futurs et serviles petits bureaucrates en herbe :


JPEG - 291.2 ko
Logistique bureaucratique militante en marche au mois d’avril 2018.
JPEG - 291.1 ko
Logistique bureaucratique militante en marche au mois de mai 2018.
JPEG - 292 ko
Logistique bureaucratique militante en marche au mois de juin 2018.

Après l’épuisement programmé et progressif de ce mouvement social planifié par les bureaucraties syndicales, avec 36 jours de grève, il sera temps, pour toutes les méduses cheminotes échouées entrainées par le nuisible courant salarié de la vraie gauche nationale, de faire une salutaire pause estivale debout, avant l’obligatoire campagne des élections de l’union européenne pour la résurrection des services publics privatisés par l’union européenne, où il faudra de nouveau voter utile et faire taire les nuisibles divisions.


JPEG - 296.6 ko
CONSOMMEZ, OBÉISSEZ, VOTEZ.

Devenir SS est-ce une tactique respectable pour faire échec au nazisme ?

J’ai été cheminot statutaire, à une époque où nous étions plus de 250 000 cheminot-e-s, au début des années 80 du siècle dernier.

Aujourd’hui, ils sont moins de 150 000, toutes les activités bénéficiaires exercées aux seins des emprises SNCF sont privatisées et constituent de lucratives rentes assurées pour tous les gros actionnaires de grands groupes privés :

...MÉDIATRANSPORTS est la régie publicitaire du groupe Publicis, 3e groupe mondial de communication. Acteur incontournable de la publicité dans les univers du métro, du bus et des gares, MÉDIATRANSPORTS est partenaire des trois plus gros opérateurs de transports RATP, SNCF et SNCF RÉSEAU ainsi que des autorités organisatrices de transports locaux...

(Source : http://www.mediatransports.com/la-s...)

Toutes les activités déficitaires sont nationales et en définitive à la charge exclusive des contribuables français et donc aussi des cheminots :

...Qu’en est-il chez SNCF réseau ? L’ex-RFF (de 1997 à 2014) publiait ses résultats également : ici on enregistre une perte de 157 millions tandis que la dette augmente de 2,6 milliards pour s’établir à 44,9 milliards. C’est 6,5 fois le CA et 40 fois le résultat opérationnel !...

(Source : https://www.contrepoints.org/2017/0...)

Les médias titrent sur les « avantages » des cheminots, déontologiquement nous sommes surpris que les députés nationaux puissent bénéficier d’un régime spécial de retraite, beaucoup plus avantageux que celui des cheminots, et voyager gratuitement en première classe sur tous les trains de la SNCF.

Cela permet de détourner les regards intègres des crimes racistes impunis et autres populismes ?

Quelle stratégie de lutte pourrait être socialement payante ? :

Des grèves populaires.

Dans les transports en commun français, restes des services publics, dont les disparitions sont consubstantielles aux synergies impulsées par l’inique traité de Lisbonne, ratifié en 2008 par la pseudo représentation nationale, traité écrit par un représentant de la famille Giscard-Schneider et refusé sous la forme de projet de constitution pour l’Europe, le 29 mai 2005, par référendum, par les peuples français.

Aux seins des transports en commun français, le seul moyen de faire une grève populaire, c’est de faire une grève du zèle :

Tous les transports fonctionnent normalement, mais ils sont tous gratuits et garantis sans aucun contrôle des titres de transport.

Les travailleurs pauvres peuvent ainsi continuer à se faire légalement exploiter plutôt que de voir leurs vitales rémunérations se réduire à peau de chagrin.

Avec cette grève tournante deux jours par semaine, limitée à trois mois, les logistiques des grandes entreprises du CAC 40 ne seront pas du tout impactées et la dénonciation du coup d’état fasciste « résurrection » de mai 1958 sera noyée dans les divisions violentes entre salariés des services publics, salariés du privés et exclus, pour le plus grand bonheur des criminels brigands qui nous gouvernent.

Les stupides commémorations de la victoire du mercantilisme sur le caporalisme calotin, colonialiste et cocardier français permettront aux tenants de la vraie gauche nationale, d’entretenir médiatiquement l’illusion sociale de l’existence d’une opposition.

Si j’étais président du MEDEF, je m’en frotterai les mains de contentement par avance, quelles rafraichissantes perspectives guerrières que la division programmée des peuples.

Les collaborateurs institutionnels, corrompus légalement ou non, par l’inique dictature constitutionnelle et présidentielle de la cinquième République en marche-debout, ont déjà réussi leur précédent criminel enfumage, entre le 31 mars 2016 et les dates des déchéances pestilentielles de 2017, enfumage qui a évité une grève générale interprofessionnelle reconductible et qui a abouti logiquement à l’élection du candidat du MEDEF, puis à la transformation législative d’une minorité présidentielle, par moins de 4 électeurs sur 10 du corps électoral français, en une assemblée de députés potiches.

Bien sûr, au sein de l’entreprise SNCF, la SUGE et les contrôleurs seront grévistes, par solidarité tous les autres cheminot-e-s cotiseront pour compenser leurs pertes de revenus, comme cela se faisait à mon époque pour les conducteurs grévistes.

Je pense que Monsieur Guillaume Pepy, ses nervis entrepreneuriaux, syndicaux et gouvernementaux, feront tout leur possible pour tuer dans l’œuf un tel mouvement de grève générale reconductible et populaire, en faisant, s’il le faut, appel à l’armée pour rétablir l’insécurité sociale capitaliste et ses divisions intrinsèques nuisibles à la paix civile, mais bonnes pour les « classes » affaires.

Une grève générale populaire pourrait faire rapidement tache d’huile et nuire aux intérêts financiers de ceux qui accaparent, depuis trop longtemps, nos outils de travail, leurs fruits et le pouvoir de décider de ce que nous voulons produire.

Ce type de grève, aux beaux jours, peut permettre à tous les exclus d’aller gratuitement faire un tour dans le sud de la France, et à tous les français de renouer avec un mode de transport écologique, solidaire et populaire, mais de plus en plus inaccessible pour les économiquement faibles.

La SNCF doit rapidement mettre en place un plan technique et social pour stopper définitivement et le plus rapidement possible sa nuisible dépendance énergétique vis à vis de l’électricité nucléaire :

Biogaz, Stirling, photovoltaïque, hydrolien, éolien, la production, le stockage et l’utilisation décentralisée d’énergies renouvelables doivent devenir de nouvelles et vitales priorités.

Les nuisibles armes terroristes thermonucléaires nous coûtent des milliards d’euros tous les ans et font des victimes parmi les personnels civils et militaires qui les ont côtoyées, ou qui les côtoient encore quotidiennement :

...Certains des soldats qui ont servi sous le drapeau tricolore, eux, sans le savoir nourrissaient des pathologies dont certaines ont éclaté des années plus tard. Leny Paris est de ceux-là. Ex-membre des commandos de l’air, affecté à la protection des têtes de missiles en 1990 à l’âge de 19 ans, a développé une kératite, une blépharite et une nécrose osseuse au début des années 2000. Diagnostic des médecins : « remodelage très bas ». Traduction : touché par l’irradiation. Combien sont-ils comme lui ? Une cinquantaine au moins. Tous membres de son association, l’Association des Victimes du Plateau d’Albion (AVPA)...

(Source : http://www.laprovence.com/article/s...)


JPEG - 145 ko
Qui veut du plutonium ?

Il ne peut y avoir de repentir nucléaire sincère et écologique, pour celles et ceux qui s’accommodaient hier d’une mort sur un plateau et qui s’accommodent aujourd’hui d’une mort en nefs sous-marines, sans un démantèlement immédiat et définitif des nuisibles, dangereux, dispendieux, arsenaux terroristes nucléaires français, ainsi que de toutes les armes qui dispersent des radionucléides dans la biosphère et que l’association internationale de criminels malfaiteurs unis ne considère pas comme étant des armes nucléaires.

Amitiés fraternelles, Solidaires & AntiNUcléaires.

Pierre Roullier, alias Roger Nymo

Répondre à cet article