Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Violences Perlées

Violences Perlées

En marche vers la violente philanthropie entrepreneuriale médiatisée !

mardi 26 juin 2018, par Roger NYMO

« …Quand vous voyez un nuage monter au couchant, vous dites aussitôt qu’il va pleuvoir, et c’est ce qui arrive. Et quand vous voyez souffler le vent du sud, vous dites qu’il fera une chaleur torride, et cela arrive. Hypocrites ! Vous savez interpréter l’aspect de la terre et du ciel ; mais ce moment-ci, pourquoi ne savez-vous pas l’interpréter ?… »

Luc 12, 54-56

« …s’affranchir des perversions apportées par l’Église à la vraie doctrine du Christ… »

Léon Tolstoï (1828 - 1910)

« Bienheureux les fêlés car ils laissent passer la lumière. »

Michel Audiard, philosophe (1920 - 1985)

Je suis solidaire de mon ami et frère Eric Petetin, le respect de son intégrité physique et mentale, le respect de sa liberté de conscience et de croyance, sont nôtres :


JPEG - 322.9 ko
Cliquez pour en savoir plus sur les anarchistes chrétiens.

Cette année ce sera le trente sixième jeûne consécutif, à Taverny, de commémoration des abominables bombardements nucléaires de Hiroshima et de Nagasaki, en août 1945.

Tous les ans, depuis 1983, on jeûne à l’eau durant quatre jours, à Taverny, pour exiger le vital démantèlement immédiat des arsenaux thermonucléaires français ; armes terroristes dont les seules possessions sont hautement dangereuses et grandement dispendieuses.


JPEG - 16.9 ko
Cliquez pour accéder à l’Agenda des actions militantes agréées et validées par les militants salariés de l’entreprise Sortie du nucléaire en 25 ans, sans cesse reportée.

Ce jeûne ne fait pas partie de l’agenda de l’entreprise Réseau « Sortir du nucléaire », car l’association qui l’organise n’est pas agréée par celles et ceux qui sont totalement insoumis au principe démocratique : un adhérent, une voix ; par celles et ceux dont le modèle économique festif rend nos luttes concurrentielles plutôt que complémentaires.

Cette attitude entrepreneuriale est totalement antinomique avec l’indispensable fraternité des lutteurs pour la vie.


JPEG - 73.5 ko
Plus d’infos pour réussir sa vie en cliquant sur le texte ci-dessus.

Des intérêts électoralistes viennent régulièrement radicaliser les stratégies violentes de tous les ambitieux et de leurs nervis.

En ce qui concerne la lutte contre les monceaux de poisons nucléaires générés par la filière industrielle nucléaire, il s’agit d’une lutte asymétrique entre des tueurs, des casseurs et des non violents.

Il n’y a strictement aucun débat, ni sclérose, entre ceux qui pensent que le monde leur appartient et ceux qui revendiquent leurs appartenances aux territoires qu’ils respectent.


JPEG - 277.8 ko
Plus d’infos scientifiques en cliquant sur l’image ci-dessus.

La seule issue viable reste la non violence, n’en déplaise aux casseurs qui s’opposent physiquement et courageusement aux tueurs assermentés :

...Des tags, ça s’efface, pas une poubelle nucléaire. Comme le disait Claude Kaiser, un militant historique, « . En lutte pacifique depuis 20 ans contre ce projet, je peux en témoigner du mépris de l’État. Pétitions, recours juridiques, rencontres des élus et même des ministres, on s’est toujours moqué de nos arguments. Quant aux beaux débats publics bien propres et bien républicains, ce ne sont que des mascarades. Le débat de 2005 par exemple avait donné un résultat sans appel : il ne faut pas enfouir. quelques mois plus tard, le gouvernement confirmait l’option de Bure. Ces jeunes, qui pour beaucoup habitent désormais ici, ont compris l’étendue de ce mépris. Et quand on les provoque, oh surprise, contrairement à nous, ils se défendent. Et depuis qu’ils sont là, on obtient enfin des résultats. Alors les bien pensants qui n’ont jamais levé le petit doigt, rengainez donc vos leçons de morale »...

(Source : https://blogs.mediapart.fr/sauvonsl...)


JPEG - 313.4 ko
Cliquez sur l’image ci-dessus pour signer la pétition contre l’abominable projet minier MONTAGNE D’OR !

Les vrais tueurs en série restent les industriels et leurs complices institutionnels et privés. Ces assassins multirécidivistes vivent une impunité si parfaite, qu’ils poussent le bouchon jusqu’à nous imposer médiatiquement la réconciliation du développement de l’entreprise avec la protection de l’environnement :

...Nomination en qualité de président d’honneur du Conseil mondial des entreprises pour un développement durable...

(Source : http://www.ban-asbestos-france.com/...)

Jeûner quatre jours à l’eau, tous les ans, contre les armes nucléaires qui sont l’alpha et l’oméga de l’abominable filière nucléaire, cette filière qui assassine et menace les peuples et leurs territoires, est la seule manière viable de s’opposer courageusement et de manière cohérente à l’hyper violence commerciale mondialisée :

… J’avais précisé que l’option festive me semblait, pour ma part, déplacée, lorsqu’il s’agit de commémorer deux bombardements nucléaires de populations civiles et d’interpeller les peuples pour exiger les vitaux démantèlements immédiats des abominables arsenaux thermonucléaires actuels.

Monsieur Dominique Lalanne avait prétendu que la base aérienne 921 Frères-Mahé de Taverny serait fermée en 2010.

Lui et les « politiques » de la direction du Réseau « Sortir du nucléaire » étaient venu faire les beaux bruyamment devant la base, le 9 août 2010, pour un « dernier jeûne », après m’avoir radié de l’association Maison de Vigilance de Taverny, à laquelle je cotisais, et avec laquelle je participais aux jeûnes annuels, depuis 2002…

(Source : http://sanurezo.org/spip.php?article242)


JPEG - 374.7 ko
Plus aucune participation électorale à la gouvernace qui nous empoisonne au glyphosate, à l’amiante, aux OGM et au nucléaire !

Les promoteurs des grèves perlées de destruction des services publics et de l’électoralisme de l’union européenne ne seront jamais assez payés pour leurs trahisons systématiques de l’intérêt général :

...Ces deux délégués syndicaux, à la tête de la fédération du bâtiment de la CFTC (Bati-Mat-TP CFTC), émargent à près de 17.000 euros par mois pour l’un, à plus de 16.000 euros pour l’autre. Vous avez bien lu : près de dix Smics pour récompenser leurs nombreux mandats électoraux...

(Source : https://www.capital.fr/economie-pol...)

La vraie grève SNCF devrait commencer début juillet, pour s’achever à la rentrée de septembre.

Ce serait une grève du zèle, tous les trains roulent et sont à l’heure, mais il n’y a aucun contrôle des titres de transport, car les personnels chargés de la répression ferroviaire chômeraient, soutenus financièrement par tous les autres cheminot-e-s non grévistes.

Un gouvernement qui développe le transport routier, au détriment du ferroviaire, n’est pas un gouvernement écologique, ni social :

...les professionnels font face à d’importantes difficultés de recrutement, notamment sur les postes de chauffeurs routiers, et peinent ainsi à augmenter leurs capacités dans l’immédiat. Ceci se double d’un sous-investissement des transporteurs en matière d’extension de parcs. Les fonds ont effectivement été majoritairement consacrés au renouvellement des flottes. L’offre de transport n’est pas aujourd’hui en mesure de s’ajuster à la hausse de la demande...

(Source : https://www.lesechos.fr/idees-debat...)

Le statut OACAS permet aux néo-esclavagistes du monde entrepreneurial du MEDEF, de jouer les philanthropes de manière totalement désintéressée, exonérée et défiscalisée, n’oubliez surtout pas d’envoyer vos dons :

...ils ont acquis de réelles compétences par diverses expériences de travail, souvent dans un cadre informel. Aujourd’hui, ils souhaitent utiliser ces compétences pour travailler dans un cadre rigoureux...

(Source : http://www.captifs.fr/agrement-oacas/)

La liberté par le travail offre un avenir radieux à celles et ceux qui ont des ouvriers qui se lèvent tôt et qui partent à la retraite le plus tard possible ?

Ne marchons plus dans ces mortelles impasses, ne brandissons plus ces abominables drapeaux, qui sont les linceuls de tous les peuples ; les territoires et leurs populations n’appartiennent pas aux nuisibles bureaucraties étatiques.

Ce sont ces bureaucraties qui refusent de dialoguer, ce sont elles qui ostracisent, excluent, séparent, divisent, séquestrent, affament, endoctrinent, torturent, mutilent, tuent, elles et leur intrinsèque logique commerciale de guerre :

...Il y a, en effet, dans le monde trop de drames, de pauvreté, de famine pour que l’Europe et la France puissent accueillir tous ceux que la misère pousse vers elles...

Michel Rocard (1930 - 2016)

(Source : http://archives.assemblee-nationale...)

Ces guerres qui ne peuvent profiter qu’à ceux qui disposent des meilleurs armes et des troupes les plus aguerries, à ceux qui assassinent autrui sous prétexte qu’il est étranger.

Quoi de surprenant à ce que des populations qui subissent une guerre fuient pour chercher un refuge ?

« Le partage est la défaite de la misère. »

R.N. (1960 -2XXX)

Dans ces conditions, le non violent reste le véritable danger pour tous les porteurs de drapeaux, pour tous les partisans, pour tous les adeptes, pour tous les encartés professionnels, pour tous les « logotomisés », pour toutes celles et ceux qui préfèrent remplacer des choix intellectuels courageux par le confort démagogique d’une totale subordination aux normes du temps.

Citoyens romains, ils maudissaient César, mais ne rataient rien des jeux du cirque, occupés, ils pouvaient guigner la boutique de Joseph, tout en pensant que l’allemand était « un boche », ils sont de ceux qui condamnent Macron et son monde, mais qui se précipiteront vers les premières urnes offertes, comme si leurs vies en dépendaient.

Les fronts pacifistes vénèrent les violentes institutions hiérarchiques et leurs guerres concurrentielles permanentes, ils adorent la croissance institutionnelle et privée, les fabricants d’armes leur décernent logiquement un prix Nobel de la paix des forts imposée aux faibles.

Ce sont ces pacifistes qui qualifient de « leçons de morale » les vitales dénonciations des nuisibles mandatés collabos de toutes les dictatures constitutionnelles :

...J’assistais en Allemagne à des cours moins conventionnels, à l’image de ce cours de sciences politiques avec un prof très provocateur, spécialiste des paradoxes électoraux. En d’autres termes, des situations où le résultat électoral est l’inverse de la volonté des électeurs. Ses cours étaient fort argumentés, mathématisés : il prenait en exemple un corps électoral simulé - supposons que tous les habitants de la commune veuillent installer une piscine, et que personne ne veuille installer un terrain de tennis -, avant de montrer, point par point, comment, en adaptant le mode de scrutin, on pouvait leur faire adopter le terrain de tennis à une majorité écrasante. Chaque fois, le cours bihebdomadaire de quarante cinq minutes se terminait, précisément à la minute de la sonnerie, par l’addition finale et son grand sourire. Un peu perplexe, j’avais envoyé par e-mail deux exemples numériques, sans aucun commentaire politique, au seul ancien camarade de classe de première année avec qui j’étais encore en contact. Sa réponse ne comportait qu’un mot : « Fasciste ! » Il est des choses qu’on ne peut dire à Science Po. Et au contraire un style rhétorique à adopter, par exemple sur les instances élues représentantes de la nation pour le bien commun, avec si possible beaucoup de majuscules...

Josef Schovanec - « JE SUIS À L’EST ! » - ISBN 978-2-266-24103-B

Ce qui caractérise l’espèce animale à laquelle nous appartenons, c’est que plus l’étendue de ses connaissances scientifiques et techniques s’accroît, plus les déchets qu’elle produit deviennent qualitativement dangereux, voire ingérables et quantitativement envahissants.

Ce qui nous caractérise n’est ni notre intelligence, ni notre humour et encore moins la production d’outils, mais l’invention du déchet.

Ancien lieu de décharge, la géhenne et son feu permanent était aussi lieu d’exil pour les lépreux et les pestiférés, pour les déchets humains, les jetables, les exclus, les pierres que les bâtisseurs laissent aux bords des voies de leurs leaders.

Dans l’économie circulaire naturelle d’une biosphère, le déchet n’existe pas, tout est recyclé par des organismes décomposeurs et mis de nouveau à disposition des êtres autotrophes qui constituent les bases de toutes chaînes alimentaires.

En tant qu’animal dénaturé, l’espèce humaine est en train de détruire et d’empoisonner la biosphère terrestre dont toutes vies dépendent.

Celui qui détruit et qui tue sait-il le mal qu’il se fait ?

Nous devons refuser de devenir les complices passifs ou les faire-valoir des personnes qui encadrent, organisent et exploitent cet abominable crépuscule du vivant, il ne s’agit pas d’un droit moral que nous aurions, mais d’un devoir vital qui est le nôtre.



Organiser une marche contre le glyphosate, à la rentrée de septembre 2018, est une excellente chose, à la seule condition de pouvoir réussir une large participation populaire.

En effet, lorsqu’il s’agit du sujet vital de l’empoisonnement des populations par des compagnies privées, avec les complicités institutionnelles et constitutionnelles de la cinquième République française et de la gouvernance de l’union européenne, il est essentiel que le peuple en soit l’acteur principal.

Choisir de faire cela un jour ouvrable de la rentrée 2018, sous le prétexte dilatoire d’être reçu au ministère de la transition écologique et solidaire, pour être écouté-e-s poliment et moqué-e-s ouvertement pour notre faible mobilisation, est totalement contre-productif.

Dans le contexte annoncé du lancement d’une grande campagne de communication du ministre de la transition écologique et solidaire, d’un gouvernement, qui se moque par décrets lois et ordonnances du respect des autochtones, du respect de la nature et de la santé des populations, cela n’est pas envisageable par simple respect pour toutes les victimes de ces abominables politiques sanitaires et sociales.

Il nous reste à choisir entre le samedi 8 septembre ou le samedi 15 septembre 2018 pour réussir cette vitale marche populaire contre tous les empoisonneurs publics et privés.


JPEG - 401.1 ko
Dans un monde hyper-violent, seule la non violence est authentiquement révolutionnaire.

Amitiés fraternelles, Solidaires & AntiNUcléaires.

Pierre Roullier, alias Roger Nymo

P.S. :


JPEG - 458.3 ko
Cliquez en solidarité avec les victimes directes et indirectes de tous les États-nations terroristes nucléaires.

Voir en ligne : IDLE NO MORE Paris Île-de-France

Répondre à cet article