Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Activités nucléaires > Le pire serait-il à venir ?

Le pire serait-il à venir ?

Percer le fond de la piscine !

dimanche 17 avril 2011, par Roger NYMO

Le 11 avril dernier j’évoquai sur mon mur « facebook(*) » la comparaison entre l’explosion du réacteur n°1 et celle du réacteur n°3 de la centrale de Fukushima Daiichi, photographies à l’appui, depuis du strontium retrouvé autour des réacteurs confirme l’existence passée d’un phénomène de criticité, une explosion nucléaire pourrait avoir eu lieu dans l’enceinte de confinement du réacteur n°3.

(*) http://www.facebook.com/permalink.p...

Cela n’est malheureusement peut-être rien par rapport à ce qui se prépare :

Savons-nous si les autorités japonaises ont mis à l’arrêt le réacteur nucléaire de recherche à neutrons rapides de Monju (fonctionnant au plutonium) à la centrale nucléaire de Tsuruga depuis la série d’évènements catastrophiques récents et malheureusement non close ?

Ce très dangereux réacteur a été remis en activité en 2010 après avoir été mis à l’arrêt en 1995 suite à l’inévitable incendie lié une fuite de sodium de son circuit de refroidissement.

Dispose t’on d’images satellitaires des installations de Fukushima Daiichi, d’Onagawa et de Tsuruga, en lumière visible et infra rouge ?

Les multiples casiers contenant chacun 264 crayons de combustible dans les différentes piscines de stockage seraient partiellement ou totalement immergés et leurs géométries modifiées par les dernières secousses sismiques laisseraient craindre d’importants risques de criticité !

La configuration architecturale des réacteurs de la centrale de Fukushima Daiichi permet d’envisager une migration gravitationnelle avec percement du fond des piscines, des tuyauteries, cloisons intermédiaires et câbles ainsi que de la dalle en béton du radier par un corium dont la masse et la composition inédite me laisse perplexe et inquiet sur le déroulement inéluctable d’un scénario totalement imprédictible.

Je ne suis pas spécialiste en neutronique, mais le pire n’est il pas à venir ?

Amitié Solidaire & AntiNUcléaire.


Lundi 29 octobre 2012

Une traduction française de l’interview du professeur Hiroaki Koide réalisé par le journaliste de TV Asahi, M. Toru Tamakawa, dans le cadre du programme télévisé d’informations matinales diffusé le 8 Mars 2012 en direct, et intitulé « Morning Bird ».

Le professeur Hiroaki Koide, chercheur associé à l’Institut de Recherche du Réacteur de l’Université de Kyoto, nous décrit l’état de la piscine combustible du réacteur nucléaire n°4 de la centrale de Fukushima, à visionner et à méditer ...


Voir en ligne : Explosion à Fukushima 3 : un scénario plausible

Répondre à cet article