Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Appel international pour le respect de la vie.

Appel international pour le respect de la vie.

RNA, RZN, MCLSN, JVT ...

samedi 18 juin 2011, par Roger NYMO

Le RNA italien, le RZN français, le Mouvement des Citoyens Lotois pour la Sortie du Nucléaire, Les Jeûneurs Vigilants de Taverny sont à l’initiative avec des mouvements militants antinucléaires canadiens et belges de cet appel International pour le respect de la vie.

Nous disposons de cet appel en français, en italien, en anglais, en allemand, en persan, en espagnol, en suédois, et en japonais.

Nous aimerions disposer rapidement de versions russe et chinoise et de toutes les langues que de bénévoles et compétents traducteurs pourraient nous transmettre en gage de soutien à notre action.

Appel international pour le respect de la vie.

  • Parce que les cinq membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU possèdent tous des armes nucléaires terroristes.
  • Parce que l’ONU a créé le 23 octobre 1956 l’Agence Internationale de l’Energie Atomique (International Atomic Energy Agency) qui dans son article deuxième stipule : « L’Agence s’efforce de hâter et d’accroître la contribution de l’énergie atomique à la paix, la santé et la prospérité dans le monde entier ».
  • Nous exigeons la dissolution immédiate de cette organisation criminelle internationale, qui malgré plusieurs catastrophes qui sont de véritables crimes contre la Nature et par là même crimes contre l’Humanité et la pérennité de la biosphère terrestre, continue ses scandaleuses pratiques industrielles et commerciales avec la complicité active des oligarchies des nations dominantes.

Des citoyens du monde le 18 juin 2011.


Vous pouvez dès à présent soutenir notre initiative en devenant vous aussi signataire de cet appel international à cette adresse qui centralisera les soutiens du monde entier qui seront ensuite transmis à l’ONU par nos soins :



Amitiés Solidaires & AntiNUcléaires.

Répondre à cet article