Solidarités AntiNUcléaires
La véritable opposition c’est le parti de la vie

Accueil du site > Vigilance citoyenne > Institut BELRAD

Institut BELRAD

Nous pourrions avoir besoin d’eux demain !

samedi 25 février 2012, par Roger NYMO

Les puissances d’argent ont engagé un bras de fer avec les peuples, dans cette lutte sans merci, elles écrasent sans état d’âme les plus faibles d’entre nous.

En consacrant depuis 2001 plus de 95% des dons et cotisations qu’elle reçoit dans les activités de terrain essentielles de l’ Institut BELRAD, l’association « Enfants de Tchernobyl Bélarus » fait honneur à ceux qui la soutiennent.

J’invite chacun d’entre vous à visiter le site de l’association « Enfants de Tchernobyl Bélarus » qui est un trésor inestimable d’informations rares et essentielles pour comprendre ce qu’est concrètement la contamination nucléaire.

Depuis 2005, l’association « Enfants de Tchernobyl Bélarus » ne touche plus aucun financement publique, les actions sur le terrain des équipes de l’ Institut BELRAD ne dépendent depuis cette date que de notre générosité.

Malheureusement, la terrible catastrophe de Fukushima a ouvert un deuxième front dans la lutte contre le fléau nucléaire planétaire dans le contexte d’une crise financière mondiale en plein développement, et sans que de nouveau l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) ne prenne en charge la terrible situation sanitaire.

Résultat, plus de missions et moins de moyens, une équation impossible à résoudre sans notre soutien citoyen financier et prosélyte.

Je vous invite donc à cliquer sur le logo de l’association ci-dessous pour comprendre que notre préoccupation principale reste le sort des enfants résidant sur des territoires durablement contaminés.

PDF - 1.3 Mo
Solidarité Bélarus Japon France
Du concret !

Aidez les ! Et militons ensemble pour un arrêt immédiat, définitif et inconditionnel de toutes les installations nucléaires, afin de n’avoir jamais à faire appel pour nos propres enfants à l’expertise de l’ Institut BELRAD !

Voir en ligne : Enfants de Tchernobyl Bélarus

Répondre à cet article